,

Trottinettes, Skates, Rollers : Rouler en toute sécurité

L’été s’installe et les enfants réclament une ballade en trottinettes, rollers ou planche à roulettes. Pour les parents c’est toujours un moment de stresse ou la vigilance est au rendez vous . Il est alors important d’expliquer à nos enfants certaines règles et certains usages de sécurité et de respect. Voici ainsi quelques conseils du TCS pour rouler en toute sécurité. Quelles sont les règles de sécurité à respecter? à partir de quelle âge peut on laisser nos enfants circuler au moyen de ces engins ? Comment circuler en toute sécurité ?

Trottinettes, Skates, Rollers : Rouler en toute sécurité

Découverte et plaisir garantis

Qui dit mobilité douce, dit également découverte et exploration. En effet ces engins permettent aux enfants de se réapproprier l’espace en redécouvrant le plaisir de profiter du monde qui les entoure .

Efficace, écologique et économique

Ces moyens de transport sont économiques, mais également écologiques . Ils sont absolument non-polluants (air, bruit, CO2) pour l’environnement.

Exercice physique

Les trottinettes, les rollers, les planches à roulettes ou encore les vélos permettent de stimuler l’exercice physique chez les adultes et les enfants.

Trottinettes, Skates, Rollers … à partir de quel âge ?

Trottinettes, Skates, Rollers : Rouler en toute sécurité

Il n’y a pas de limite inférieure d’âge pour la pratique de trottinettes, du roller, de la planche à roulettes ou du vélo à roulettes. Selon leur âge et leur capacités , les enfants peuvent utiliser la trottinette ou le vélo à roulettes. Ceux ci sont plus faciles à maîtriser que les rollers ou même la planche à roulettes.

L’équipement ?

Pour la pratique de la trottinette, du roller ou de la planche à roulettes il est important de bien s’équiper. Commencez tout d’abord à montrez l’exemple si vous pratiquez du vélo ou de la trottinettes avec vos enfants. D’autre part allez ensemble acheter l’équipement nécessaires pour leur sécurité :

  • un casque bien ajusté
  • des genouillères
  • des coudières
  • les protections pour les mains

Utiliser les voies

Où circuler avec ces engins ?

Toujours utiliser les voies réservées :

  • Trottoirs, chemins pédestres, pistes pour piétons, zones piétonnes, pistes pour rollers
  • Pistes cyclables
  • Chaussée dans les zones 20 (zones de rencontre) ou les zones 30
  • Chaussée des routes secondaires dépourvues de trottoirs et de pistes piétonnes ou cyclables, pour autant que le trafic soit modéré.

Dès 4-5 ans les enfants doivent être accompagnés d’un adulte.  Les parents doivent ainsi veiller à ce que l’enfant maîtrise l’engin .

Il est interdit de rouler :

  • Sur les routes principales et sur toutes autres routes lorsque le trafic est important
  • En cas d’accès interdit aux piétons
  • Si la circulation est interdite aux « engins assimilés à des véhicules »

Conseils pour les utilisateurs de trottinettes

Trottinettes, Skates, Rollers : Rouler en toute sécurité

Le pied doit complètement être mis à l’avant de la trottinette et la roue avant doit être placé dans le bon sens pour assurer plus de stabilité, . Afin d’éviter les mauvaises surprises sur les articulations telles que les inflammations, alterner régulièrement le pied d’appui. Les enfants le font généralement naturellement ce qui favorise la coordination.

Les enfants appréhendent souvent les virages, les adultes aussi me direz vous. Enseignez leur de garder le pied extérieur sur la trottinette et l’autre pied doit pouvoir d’appuyer sur le sol pour ne pas chuter. Expliquez leur la répartition du poids et de la force. Ainsi plus le poids est à l’arrière plus cela augmentera la force qui permet le freinage.

Un point primordial , bien marquer l’arrêt avant de traverser ! question de sécurité . Les conducteurs seront ainsi assurés que les enfants attendent leur passage avant de repartir.

Cours de sécurité trottinette du TCS

De plus en plus d’enfants sont équipés de ces engins à roues. Malheureusement la conséquence est également à déplorer. Le nombre de blessé occasionné lors de l’utilisation des trottinettes, skates et autres … est élevé. Face à cette réalité et pour limiter le nombre de ces accidents, le TCS organise des cours de prévention « Mini trottinette ».

Ces cours sont en français ou en allemand. Des professionnels de la mobilité douce, s’adressent aux tout-petits, dès le jardin d’enfants ainsi qu’aux enfants de 4 à 13 ans. Plus de renseignement >>> TCS.

webforkids

Enregistrer

Enregistrer

Les préjugés face à l’éducation positive

Dès que l’on évoque la parentalité et l’éducation positive, on se heurte aux jugements et préjugés, malheureusement, ceux-ci ont la vie dure.

Afin de mettre un terme aux idées reçues, j’ai choisis d’évoquer le sujet et viendrai vous faire part de mes aventures au cœur de cette parentalité méconnue via mes publications sur webforkids !

Les préjugés face à l'éducation positive

Nous ne sommes pas des parents parfaits

Contrairement à ce qui se raconte de nous, nous ne sommes pas plus parfaits que d’autres.

Vouloir éduquer en suivant les codes de la bienveillance, ce n’est pas vouloir fuir les conflits avec nos enfants mais c’est désirer une harmonie au sein de la famille basée sur le respect et la confiance plutôt qu’un cercle autoritaire victime de la toute-puissance.

L’on m’a souvent affirmé : “Tu ne seras jamais parfaite, de toute façon !

Et c’est vrai, je ne l’ai jamais prétendu mais pourquoi la bienveillance est associée à la perfection ?

Parce qu’il est difficile de se remettre en question, de voir ses erreurs et d’en apprendre. Mais aussi parce qu’il est dur d’admettre que nous sommes humains, nous avons tendance à voir le conflit dans un échange d’idées entre adultes…

Quand quelqu’un dit opter pour la parentalité positive, il n’accuse de rien. Il partage son point de vue et son choix n’empêchera jamais les erreurs. Il arrivera possiblement que le parent en question s’énerve, crie.

Faire de notre mieux

C’est essayer de comprendre, pour prendre plus de recul et ainsi arriver à éduquer de façon plus consciente.

L’éducation bienveillante ne fait pas partie de notre culture, nous apprenons à notre rythme en voulant faire de notre mieux.

Cette méthode, c’est justement accepter le fait de faire des erreurs, accepter d’être fatigués et l’admettre auprès de notre enfant.

Les préjugés face à l'éducation positive

L’éducation positive, ce n’est pas être laxistes ou démissionner !

Les parents démissionnaires existent mais ce ne sont pas des parents bienveillants et positifs.

Beaucoup de gens confondent les deux alors que cela n’a aucun rapport.

Nos enfants connaissent les interdits, connaissent la frustration de ne pas tout avoir, etc… Ce sont nos réactions face aux pleurs, aux cris et aux trop plein d’émotions qui diffèrent; Notre rapport aux VEO (violences éducatives ordinaires) et aux punitions est diamétrialement opposé à ce que l’on a apprit. Mais pour autant, nos enfants ont un cadre et des limites.

Tout cela, vous l’apprendrez au coeur de livres sur la parentalité positive et bienveillante.

Cependant, prenez le temps de prendre du recul sur vos lectures et acceptez toujours vos erreurs. Nous avons tous à apprendre et il faut toujours s’adapter à l’enfant concerné.

Pratiquez-vous la parentalité positive ? Qu’en pensez-vous ?

,

Devenir père : conseils pour être le meilleur papa du monde

Vous êtes très prochainement papa, et vous êtes envahis par de nombreuses questions, appréhensions, doutes et stresse . Vais-je être à hauteur et être un bon père ? Voici quelques astuces pour aborder votre nouveau rôle avec sérénité et être le meilleur père du monde.

Être Père dès les premiers jours

conseils pour être le meilleur père du monde

Parler et osez poser vos questions

De nombreuses questions vous taraudent et vous n’osez pas vous confier peut être par pudeur ou par fierté. Pour ce faire des associations ou groupe de papas peuvent répondre à certaines de vos interrogations. Des maternités proposent également des groupes de paroles. Et pour les plus timides, les réseaux sociaux ou les forums peuvent être des lieux pour vous confier ( papapositve.fr , blognouveauxparents, … ). Avant de franchir le pas, vous pouvez aussi solliciter les sages-femmes lors de votre participation au cours de préparation à l’accouchement.

Un conseil ne gardez pas enfouis vos questions, vos incertitudes, vos angoisses. Ils ne feront qu’accentuer le sentiment de doute.

Soyez présents

Toutes les attentions sont portées sur le ventre de la future Maman au moment de la grossesse. Manifestez vous et ne soyez pas timide ! Exprimez vous et partager avec vos proches ce que vous envisagez de faire lors de l’accouchement.

Réfléchissez d’ores et déjà au rôle que vous allez jouer à la maternité. Voulez-vous couper le cordon, aider bébé à sortir au moment venu ? Se préparer est important et cela vous permettra de ne pas perdre les pédales lorsque la sage-femme ou la gynécologue vous posera la question en salle d’accouchement.

Donner le premier bain à votre enfant, faites le premier peau à peau . Privilégiez ces moments chargés d’émotions. C’est également l’occasion de faire connaissance avec cet être cher que vous allez accompagner toute votre vie.

conseils pour être le meilleur père du monde

Être un papa disponible et à l’écoute

Il est difficile pour un père de trouver sa place et de jouer pleinement son rôle durant les premiers mois de la naissance de bébé. Maman est à 100% à la maison pendant que papa est toute la journée au travail. Cette situation n’est pas toujours la plus idéale pour trouver sa place au sein de cette nouvelle famille.

Certains se sentent rejetés, mis à l’écart face à cette relation fusionnelle et exclusive entre maman et bébé. Si Maman allaite ce sentiment d’exclusion est amplifié. Tentez de passer outre et profiter de chaque instant dès que vous rentrez du travail . Vous soulagerez également Maman. Sachez provoquer ainsi des moments privilégiés avec bébé.

Sachez créer des moments privilégiés

conseils pour être le meilleur père du monde

Installez-vous confortablement dans votre canapé et profiter d’un moment câlin, rempli de tendresse avec bébé dans les bras ou simplement sur votre poitrine. Si vous ne vous sentez pas encore à l’aise, alors jouez avec bébé. Commencez à allonger votre enfant sur le dos et amusez le en lui prenant les pieds, les mains…

Donnez-lui le bain, même si maman est derrière vous . Au fur et à mesure des jours, vous vous sentirez plus à l’aise et Maman arrêtera de vous accompagner. Pour les bébés nourris au biberon, profiter de ses instants calmes et privilégiés pendant lesquels vous pourrez découvrir et apprendre à connaître votre enfant .

Rassurez vous : vous êtes le meilleur père

C’est sûrement le meilleur conseil que l’on puisse vous donner. Car soyez-en sûr, personne d’autre que vous ne pourrait être un meilleur papa pour votre bébé. Soyez détendu, disponible et attentif à votre bébé , il n’y aucune raison que cela se passe mal.

conseils pour être le meilleur père du monde

Sachez vivre l’instant présent

Tous parents se donnent pour objectif premier d’élever et de préparer leurs enfants à faire face à la réalité de la vie. Un réel objectif empêchant parfois parents et enfants de vivre le moment présent. Sachez que pendant de longues années , les enfants n’ont pas pleine conscience ni du passé ni du futur. Contrairement aux adultes les enfants sont remplis d’innocence dans leurs actes et dans leurs paroles . Cher papas, n’exigez pas tant de vos enfants et ne vous mettez pas la pression face à cette réalité. Profitez juste de chaque instant avec vos enfants et ne réfléchissez pas trop.

Aidez votre enfant à avoir confiance en lui

Pas à pas vos enfants vont être confrontés à des situations inconnues et inconfortables. Pour aborder positivement les prochaines étapes , ils ont besoin d’être rassuré. Les disputer, les forcer ne sont pas toujours choses à faire. Par envie de les voir réussir, nous avons tendance à parfois utiliser cette méthode au risque de les frustrer et d’accentuer leur manque de confiance en eux. Et même si vous avez tendance à cacher vos émotions et que vous n’êtes pas démonstratif. Ouvrez-vous et dites leurs que vous êtes là pour les aider. Dévoilez-vous, en exprimant tout l’amour que vous leur portez. Cette bienveillance permettra de réduire les craintes et à augmenter la confiance de votre enfant.

conseils pour être le meilleur père du monde

Posez des limites positivement

Les aider à avoir confiance en eux , ne signifie pas dire oui à tout. Leur donner un cadre et poser les limites sont importants pour leur développement. Prenez leur la main et accompagnez les ! Plutôt que de tout interdire, guidez les à faire autres choses. Ainsi si vous ne tolérez pas les jeux de ballon dans la maison, expliquez leur pourquoi. Proposez leur ensuite d’aller jouer ensemble dehors ou dans un endroit que vous autorisez. Cette approche vous permettre d’éviter le conflit et l’envie de transgression.

Le rôle de père est le rôle le plus important de votre vie. Vivez le pleinement ainsi que chaque instant passé avec votre enfant.  Ne vous mettez pas la pression et surtout ne la transmettez pas. Soyez confiant vous êtes déjà le meilleur papa du monde aux yeux de vos enfants.

Sokhanita

, ,

Acné, comment puis-je aider mon ado ?

Ahhh les problèmes d’acné ! Qui ne se souvient pas de ses 14-15 ans ?! A l’époque ça me complexait beaucoup, mais ouf ça ne m’a pas traumatisée… Par contre, ça peut être un réel problème pour les ados, surtout à cette période où on n’a peut-être pas toujours confiance en soi, où on est un peu en mal-être et ces affreux boutons ne font qu’amplifier ce manque d’estime de soi…

Avec mon petit dernier (enfin… petit… il me dépasse presque…), on est en plein dedans. Alors, pour lui éviter un lourd traitement, j’ai décidé de voir ce qu’il se faisait en cosmétiques pour les adolescents et j’ai trouvé quelques produits qui font leur effet. Voici donc la routine anti-acné de mon ado :

EAU PRECIEUSE pour lutter contre l’acné

Acné, comment puis-je aider mon ado ?

Je pense que ce nom ne vous est pas inconnu ! Vous avez peut-être même utilisé cette EAU PRECIEUSE il y a bien des années ! Et même sûrement vos mères et vos grands-mères aussi, car l’EAU PRECIEUSE  a été inventée par un pharmacien en 1890 déjà.

Mon ado utilise cette EAU PRECIEUSE chaque matin, avec un coton d’ouate, pour nettoyer sa peau. On ne dirait pas avec ce joli nom, mais elle sent vraiment mauvais. Mais bon, ne vous fiez pas à ça car au moins elle est efficace ! Cette lotion est légèrement antiseptique et contient de l’alcool. Elle est vraiment top pour chasser les points noirs et les empêcher de revenir.

Prix indicatif : 19.90 frs

PURE ACTIVE 3 en 1 de GARNIER SKINACTIVE

Ce produit est génial, car comme son nom l’indique, il peut être utilisé de 3 manières : nettoyant, exfoliant ou masque. Il contient notamment du charbon végétal, de l’extrait de myrtille et de l’acide salicylique. Le produit est de couleur gris foncé et contient de petit grains. Il a une odeur très agréable. Mon ado l’utilise plutôt comme nettoyant, tous les soirs sous la douche, mais on peut aussi l’utiliser sous forme de masque à poser durant 5 min.

Je trouve ce produit vraiment efficace. La peau est ensuite vraiment propre, fraîche et n’est pas irritée. On laisse toujours le produit dans la douche, car sinon il aurait tendance à oublier de l’utiliser.

Prix indicatif : 6.20 frs

Acné, comment puis-je aider mon ado ?

MASQUE CLEARING SOLUTION DR. JART+

De temps à autre, je propose un masque à mon ado. Celui-ci est top ! Dr. Jart+ est une marque qui exploite la technologie des soins de beauté coréens.

Ce masque est en microfibres ultra-fines à usage unique et contient notamment de l’extrait d’arbre à thé. Il purifie la peau et réduit les imperfections, tout en l’hydratant. Il est à poser durant 15-20 minutes. La texture est très soyeuse et agréable. Cependant, comme il y a beaucoup de produit sur le masque, ça goutte un petit peu et il faut donc rester couché. Mais comme c’est la position préférée de l’ado ahahaha, ce n’est pas trop lui demander.

On le trouve chez SEPHORA.

Prix indicatif : 7.50 frs

MASQUE VISAGE THE VERT SEPHORA

Acné, comment puis-je aider mon ado ?

Voilà encore un masque qui nous a bien plu.  Il est donc également anti-imperfections et matifiant, mais il me semble moins hydratant que le précédent.  Ce masque est aussi en tissu et à usage unique et contient de l’extrait de thé vert. Il est très agréable, sent bon et la peau est toute fraîche ensuite. Bon c’est sûr que seul le masque ne va pas faire disparaître les boutons en une fois. Mais de temps en temps je pense que cela fait son effet.

Prix indicatif : 4.90 frs

STYLO SOS ANTI-BOUTONS DE GARNIER PURE SKIN NATURALS

Ce “stylo” est à appliquer sur les boutons récalcitrants. Ce n’est pas du tout un stylo pour cacher les boutons, mais plutôt un gel qui va les assécher dès leur apparition et les éliminer. Il contient de la vitamine B3 aux propriétés sébo-régulatrices, également de l’acide salicylique aux propriétés exfoliantes et purifiantes, de l’eucalyptus assainissant et du menthol rafraîchissant.

Prix indicatif : 9.90 frs

Acné, comment puis-je aider mon ado ?

Avec ces quatre produits, votre ado est paré pour faire la guerre à son acné et à ses imperfections ! Le mien ne met par contre pas de crème de jour ou autre (il ne faut pas trop en demander non plus… surtout si c’est un garçon hihi).

Normalement, cette routine suffit pour un acné normal. Par contre, pour un acné sévère, je pense qu’il faut voir un dermatologue, surtout si cela gêne beaucoup votre adolescent. Les traitements peuvent parfois être lourds et controversés, mais il faut avoir une bonne discussion avec votre dermatologue sur ce que vous voulez ou ne voulez pas.

Par ailleurs, n’hésitez pas à conseiller à votre enfant de manger le plus sainement possible. La malbouffe est non seulement mauvaise pour la santé, surtout à cet âge, mais elle aura également des méfaits sur la santé de la peau. Une plaque de chocolat est vite avalée, mais ensuite bonjour les boutons !!! Sans oublier les kilos !

Valérie du blog “La vie de Valérie”

La néophobie alimentaire chez l’enfant : c’est quoi ?

« J’aime pas », « c’est pas bon », sont certainement les phrases les plus redoutées par les parents d’enfants qui souffrent de néophobie. La néophobie alimentaire touche environ 50 à 75% des enfants âgés de 2 à 10 ans, elle se traduit par un sentiment d’angoisse réelle face à de nouveaux aliments. Souvent prise pour un caprice, la néophobie est pourtant un phénomène bel et bien réel mais transitoire ! Comment dépasser cet épisode décourageant sans en passer par la crise de nerfs ? Quelques réponses dans cet article !

néophobie alimentaire

Votre enfant souffre-t-il de néophobie alimentaire ?

La première étape pour mieux vivre la néophobie alimentaire de l’enfant est de connaître l’existence de ce phénomène et de le reconnaître comme étant une étape normale sur le chemin de la connaissance du goût.

Dans le cas où elle survient avant 18 mois et dure après 10 ans, il est recommandé de consulter un spécialiste pour dépister d’éventuels troubles du comportement alimentaire.

Comment identifier le phénomène de néophobie chez un enfant, en présence d’un aliment nouveau :

  • Rejet ferme de goûter
  • Grimaces
  • Crise de larmes
  • Tri dans l’assiette
  • Mâche très longuement
  • Passe du temps à manipuler l’aliment avec les couverts, sans accepter de goûter
  • Tourne la tête
  • Est distrait
  • Menace de vomir
  • Examine l’aliment sous tous les angles
  • Repousse le contenant

Quelles sont les causes de la néophobie alimentaire ?

néophobie alimentaire

La néophobie alimentaire chez l’enfant est un phénomène multifactoriel. En effet, chez l’enfant à cette période de sa vie, plusieurs choses se passent :

Le sentiment d’insécurité 

L’enfant ressent une angoisse au moment d’introduire dans son organisme un aliment qui lui apparaît comme étranger. Il ne se sent rassuré que lorsqu’il connaît et maîtrise ce qu’il ingère.

Le besoin d’affirmation 

Souvent appelé « phase du non ». L’enfant s’affirme en tant qu’individu en s’opposant directement à ses parents ou aux personnes représentant l’autorité dans sa conception. Cette opposition se fait aussi et souvent au moment de passer à table.

L’attrait pour certaines saveurs 

Dans le ventre de sa mère, le bébé a déjà une sensibilité toute particulière au goût du sucre. Saveur ancrée psychologiquement et qui rassure. À noter que chez l’adulte encore le sucre à ce pouvoir réconfort. De ce fait, la néophobie peut aussi se diriger vers les aliments qui ne présentent pas pour l’enfant ce caractère réconfortant. Il s’agit souvent des légumes et des protéines animales.

L’hypothèse génétique 

Récemment, la revue Obesity a souligné le caractère génétique potentiel de la néophobie. Il semblerait que certains enfants soient génétiquement prédisposés et susceptibles à l’aversion envers les nouveaux aliments.

5 astuces pour mieux gérer la néophobie de l’enfant

Quelles que soient les causes de la néophobie chez votre enfant, sachez qu’elle n’est absolument pas une fatalité. Et s’il est parfois tentant de se laisser décourager ou de s’emporter, mieux vaut prendre son mal en patience et adopter la bonne habitude pour ne pas ancrer de traumatismes dans la tête de l’enfant. Pour vous y aider, voici 5 astuces qui vous seront certainement utiles !

Intégrez vos enfants à la préparation du repas

néophobie alimentaire

Des courses, au jardin, en passant par la cuisine, tout ce qu’il se passe en amont du repas est un univers avec lequel l’enfant doit être familiarisé. En effet, en matière de néophobie FAMILIARISATION est le maître mot ! Partager le moment des courses avec les plus petits peut être propice aux discussions autour de l’alimentation. Nous sommes entourés de supermarchés dont les rayons regorgent de produits qui ne demandent qu’à être découverts. Souvent, c’est l’aliment cuisiné qui suscite l’angoisse, le fait de le présenter à l’enfant dans sa forme brute peut aider l’enfant à dépasser ses peurs. Par exemple, plutôt que de lui présenter toujours en gratin, emmenez votre enfant au rayon légumes découvrir à quoi ressemble vraiment le chou-fleur.

En cuisine

De même, l’étape de la cuisine peut être particulièrement favorable à l’enfant pour vaincre ses angoisses. Pour apprivoiser les aliments, rien de tel que de s’amuser avec et de les manipuler. Le week end par exemple, et en fonction de son âge, invitez votre enfant à participer avec vous à la confection du repas. Ainsi, il pourra visualiser les étapes de préparations de l’aliment et commencer à l’accepter.

Montrez l’exemple

Rien de pire pour un enfant qui souffre de néophobie que de voir ses parents (ou ses ainés) eux-mêmes cliver les aliments en « bons » ou « mauvais ». Pour éviter cela, cuisinez autant que possible des petits plats appréciés de tous et n’hésitez pas à montrer votre enthousiasme. De même, n’hésitez pas à miser sur le phénomène d’imitation, les enfants adorent faire comme les grands. Proposez à votre enfant de goûter un petit bout, et faites-en de même. Petit à petit et même si vous vous heurtez à des refus la première fois, l’aliment en question finira par être accepté !

Un potager, une bonne idée pour que l’enfant fasse connaissance avec son environnement ?

néophobie alimentaire

Un potager, petit ou grand selon la place dont vous disposez, est toujours une excellente idée pour familiariser les enfants avec leur environnement et leur alimentation. En effet, en cas de néophobie, vous remarquerez que ce sont très souvent les végétaux qui sont rejetés, et les légumes particulièrement. En prenant le temps d’apprendre à votre enfant à cultiver les légumes de A à Z, il aura le sentiment de s’être impliqué dans le processus et de les connaître parfaitement. Il les aura vu naître et grandir et pourra donc plus facilement se les approprier. Souvent, ça suffit à vaincre l’angoisse.

Créez un cadre rassurant autour du repas

Cela peut paraître logique, mais dans de nombreuses familles le repas est parfois propice aux disputes, aux éclats de voix ou aux reproches. Les enfants sont des éponges à émotions. Si le cadre du repas ne les rassure pas suffisamment alors ils seront plus propices à développer des angoisses en lien avec le cadre du repas. Et donc avec les aliments. Faites toujours en sorte que le repas se déroule dans un cadre agréable, et qu’il soit une occasion de rire et de partager tous ensemble. Si l’enfant a une représentation positive de l’acte alimentaire, alors il y a de fortes chances qu’il y trouve du plaisir.

Variez les présentations

Enfin, le savez vous peut être? Un aliment doit être présenté à l’enfant 7 à 8 fois avant d’être accepté. Ce qui n’est pas tout à fait faux ! Si votre enfant souffre de néophobie alimentaire, ne baissez pas les bras et continuez à lui présenter les aliments qu’il redoute sous des formes diverses et variées. Crus, cuits, en salade, dissimulés dans des plats, en purée, en frites, etc. N’hésitez surtout pas à faire preuve de créativité en misant sur les formes et les couleurs. Même si cela peut paraître fastidieux lorsque l’on manque déjà de temps en cuisine au quotidien. Les pizzas arc en ciel, les pommes d’amour réalisées avec des tomates cerises ou encore les visages dessinés dans l’assiette avec des légumes sont de merveilleux moyens de familiariser l’enfant avec les aliments, sans craintes ni angoisses.

En conclusion, la néophobie alimentaire est une véritable angoisse provoquée par l’alimentation et vécue par plus de la moitié des enfants. Heureusement, en tant que parents vous pouvez mieux vivre cette étape transitoire grâce à quelques astuces. Dans tous les cas, ne culpabilisez pas l’enfant. Au contraire, essayez d’ouvrir le dialogue pour mieux comprendre ses peurs et leurs sources.

Léa Zubiria, Diététicienne-Nutritionniste,

Créatrice du site Nutrition Impact

,

Motricité libre : Pourquoi et comment l’appliquer ?

Depuis sa naissance, ma fille est libre de ses mouvements car, en effet nous pratiquons la motricité libre. Mais en vérité, qu’est-ce que la motricité libre ? Pourquoi et comment l’appliquer au quotidien ? Lire la suite

Apprendre le langage des signes avec Samuel

Des études ont prouvé que l’apprentissage des langues est bien plus efficace si elles sont enseignées dès le plus jeune âge . Ainsi afin de s’adapter aux nouvelles technologies disponibles auprès de nos enfants, une nouvelle application  permettant au enfants de découvrir et d’apprendre le langage des signes à vu le jour et est disponible sur IOS . Nous avons testé pour vous l’application “Samuel at the Beach

Étapes importantes du langage pour les enfants

Apprendre le langage des signes avec Samuel

Le langage n’est pas uniquement l’action de parler. Parler est finalement une forme de communication que l’enfant apprend à développer afin de communiquer avec autrui .

De 0 à 3 mois, bébé regarde autour de lui avec vigilance. Il est attiré par tous les mouvements et regarde attentivement le visage de ses parents, de ses frères et de ses sœurs …  . Cette période est également celle durant laquelle l’enfant communique avec le sourire, joue avec ses mains ainsi que ses doigts. Pourquoi alors ne pas leur enseigner le langage des signes?

Pourquoi le langage des signes ?

Apprendre le langage des signes avec Samuel

Les bienfaits du langage des signes sont depuis longtemps étudiés. Ce langage permettait aux bébés d’exprimer leurs besoins. Il réduirait ainsi leurs frustrations, leurs crises et développerait par la même occasion la confiance en soi. D’autre part celui ci contribue à établir un lien d’attachement plus fort et unique entre les parents et le bébé favorisant donc un développement intellectuel et émotionnel plus précoce. Enfin ce langage permettrait d’augmenter la vitesse du développement du langage verbal, du vocabulaire, des expression chez l’enfant.

Samuel Signes : Samuel à la plage

J’ai découvert Samuel suite à une newsletter que j’ai reçu . Immédiatement j’ai été curieuse et j’ai voulu en connaître d’avantage sur Samuel. Ainsi après avoir téléchargé l’application “Samuel at the beach” >>> Iphone, je l’ai proposé à mon fils de 7 ans.

Apprendre le langage des signes avec Samuel

Le look décontracté de son nouvel ami Samuel ainsi que les couleurs ensoleillées du décor ont rapidement charmé mon grand . Il n’a pas eu besoin de mon aide pour naviguer dans l’application et commencer à converser avec Samuel. Tout d’abord il a débuté par l’apprentissage et la pratique de la langue des signes , puis il s’est amusé à répondre aux différents quiz plutôt interactifs. L’application permets également de visionner l’épisode 1 de Samuel “à la plage” permettant ainsi de découvrir Samuel et ses amis.

Apprendre le langage des signes avec Samuel

Grâce à Samuel, mon grand a pu découvrir et se familiariser avec ce nouveau langage. Il a trouvé l’application très amusante. Même s’il connaissait l’existence de ce langage, il a pu lire et associer les signes qui correspondent aux actions, aux objets…
Apprendre le langage des signes avec Samuel

D’autre part, en jouant avec Samuel , mon grand nous a posé de nombreuses questions liées à l’utilité et l’usage de la langage des signes.

Je vous invite à faire connaissance et vous amusez avec Samuel.

Sokhanita

,

A chaque âge ses jouets en bois

Lorsqu’il s’agit de choisir les jouets de nos enfants, les parents sont souvent perdus . Jouet populaire , jouet plus traditionnel, éducatif… bref il y en a de toutes les sortes et pour tous les âges de nos enfants. Cependant nos petits sont nos trésors et nous orientons de plus en plus nos choix vers des objets écologiques, non nocifs et éducatifs pour eux . C’est pourquoi le jouet en bois est toujours le préféré des parents.

L’histoire du jouet en bois

Le premiers jouets sont fabriqués en matériaux naturels comme le bois, la pierre et l’herbe. Ainsi ils ont presque toujours accompagné nos enfants dans leur développement.

Les jouets en bois articulés par des fils, jeux de société ( jeu du serpent ) , jeux de dès ( type backgammon ) étaient réalisés par les artisans de l’époque pour les enfants de nobles gens. Les enfants, dont les familles ne pouvaient pas se permettre cette dépense, jouaient avec des figurines en terre crue. Les tout-petits, ils s’amusaient avec des hochets, des moulinets et des clochettes. Lorsqu’ils commençaient à marcher, ils jouaient avec des jouets en forme de chariots ou d’animaux montés sur roulettes.

Les jeux et jouets étaient transmis de génération en génération. Malgré l’arrivée des jouets modernes, électroniques … les jouets en bois ont survécu et reste les jouets préférés des parents et des enfants.

Des jeux et jouets adaptés à tous les âges

De 0 à 8 mois

A chaque âge ses jouets en bois

Durant cette période de vie, l’enfant est attiré par les mouvements. Il va suivre du regard . Il est alors conseillé de l’éveiller et de le distraire avec des jeux ou jouets suspendu ou qui demande une attention visuelle. Optez alors pour les mobiles, les hochets colorés. Bébé distingue peu à peu les couleurs.

A partir du troisième mois, l’enfant va commencer a porter les jouets à sa bouche. Il est alors important de bien choisir les jouets en bois. De manière général et selon les normes adressées aux enfants, les couleurs utilisées sur les jouets en bois sont non nocifs pour eux. Il ne doit y avoir aucun revêtement ce qui fait que l’on peut voir les veines du bois. Il existe cependant des vernis naturel qui peuvent ainsi rendre le bois plus mât, brillant ou satiné.

C’est à 4 mois, l’enfant va développer le toucher. Il sera plus sensible aux objets et découvrira certaines sensation et la textures des objets qu’ils soient doux, mous, rugueux…

Jusqu’au 8ème mois l’enfant va apprendre à se tenir assis et commencer attraper ses pieds et mordiller les objets pour soulager les poussées dentaires.

De 1 an à 18 mois

A chaque âge son jouet en bois

Dès un an, l’enfant arrive à tenir les objets dans ses mains. Aidez le à développer sa motricité en lui proposant un jouet qui lui permettra d’enlever et de sortir des contenants. Attention à vos oreilles, durant cette période les enfants on tendance à maltraiter leur jouets et à les lancer au sol. Pour eux ce n’est qu’un jeu.

  • Boîte à formes animaux pour apprendre à insérer à la bonne place
  • Cubes

De 18 mois à 3 ans

A chaque âge son jouet en boisMarcher, empiler, traîner sont les actions privilégiées par l’enfant. A cet âge les jouets restent des jouets d’éveil. Les premiers jeux qui permettent de développer la motricité fine peuvent aussi être proposés à l’enfant. Ainsi opter pour ce type de jouets :

  • Cubes
  • Jeux de construction
  • Petites voitures
  • Draisiennes
  • Jouets à emboiter, à empiler,
  • Jouets à tirer

Les jouets musicaux ne sont pas du goût de tous les parents. Pour le bruit et le vacarme qu’ils peuvent provoquer à la maison. Cependant les enfants adorent danser et se dandiner au son et au rythme des instruments en bois.

Dès 3 ans

Les enfants commencent à s’intéresser par des jeux et jouets sollicitant de plus en plus de concentration. Durant cette période, les enfants sont très observateurs et imitent volontiers les adultes. N’hésitez pas alors à leur proposer des jouets en bois répliquant les objets, aliments ou matériels que nous utilisons au quotidien. Ainsi ils pourront allier apprentissage et plaisir.

  • Grosse perles à enfiler
  • Perles à compter
  • Banc à marteler
  • Planche d’empilage et de tri
  • Activité Cube
  • Puzzle en bois : animaux, chiffre, fruits et légumes..
  • Instruments de musique
  • Bloque de construction de différents niveau

A chaque âge son jouet en bois
A la maison nous avons privilégiés les jouets en bois auprès de nos enfants et ceci dès leur plus jeune âges. Notre grand a adoré jouer avec les cubes, les puzzles ou même les formes à empiler et à emboîter. Tout ses jouets en bois sont sont restés intactes y compris les couleurs . Et je vous assure qu’ils les a mis à la bouche. Ces jouets intemporels de part leur matière et leur intérêt, ont tout naturellement été transmis à sa sœur qui est aujourd’hui toute fière de jouets avec les jeux de son grand frère. Un réel plaisir pour nous de voir nos enfants approcher la notion de partage depuis tout petit.

Crédit Photo : PlanToys Suisse @plantoys_schweiz

Sokhanita

,

Le Maternage proximal : Révéler la Mère en nous

Maternage, c’est un mot ” à la mode ” qui revient souvent de nos jours… Mais qu’est-ce donc, exactement ? Lire la suite

Peut-on utiliser les mensonges avec ses enfants ?

Doit-on mentir à ses enfants ?

Voilà une question qui me travaille depuis fort longtemps… les mensonges. Tout le problème vient du fait que si nous apprenons à nos enfants à exprimer la vérité, comment pouvons nous justifier le droit de leurs mentir.

Peut-on utiliser les mensonges avec ses enfants ?

Les multiples façons de ne pas dire toute la vérité

Omettre les détails d’un fait, éviter des sujets litigieux, cacher de l’information et mentir ou inventer des situations n’en sont que quelques exemples. «Pourquoi ment-on? Certainement parce qu’on croit qu’on obtiendra un avantage. On considère, à tort ou à raison, qu’un bénéfice supérieur nous attend comparativement à la stricte vérité.»

Nous sommes sûre que nous avons tous utilisé le mensonge ( à tort ou à raison ) au moins une fois avec nos enfants.
Y’a-t-il de bons et de mauvais mensonges ? Ce que nous savons, c’est qu’il en existe plusieurs sortent.

Chez nous, nous utilisons parfois les mensonges de manière consciente ou inconsciente. On est bien d’accord que nous ne le faisons pas dans un objectif autre qu’éducatif ( la belle excuse )… mais alors… le mensonge est-il un instrument indispensable à l’éducation de nos chérubins ??

Peut-on utiliser les mensonges avec ses enfants ?

Plusieurs types de mensonges

1 ) Certains sont plus des exagérations ou petits arrangements avec la vérité

Il s’agit-là d’exagérer un peu les conséquences d’un acte afin de convaincre l’enfant à obéir.
Exemple : ” Si tu ne finis pas ta soupe, te ne vas pas grandir ” ou encore ” Si vous continuez à faire les fous en voiture, la police va nous arrêter “.

Personnellement je ne considère pas ça comme des mensonges à proprement parler même si le simple fait de déformer la vérité est déjà un début de mensonge en soit.

2) Certains sont des mensonges-menaces

voir carrément du chantage. Ces mensonges-là sont plus fréquents lors d’un état de désespoir de certains parents qui tentent cette technique en dernier recours.

Exemple : ” Si tu ne n’arrête pas tout de suite, je jète la console à la poubelle” ou ” Si tu ne viens pas tout de suite, on te laisse tout seul ici ” . Ces mensonges jouent sur la peur.

Cette méthode est particulièrement cruelle et à mon avis ne mène à rien et traumatise l’enfant.

3)  Les mensonges à des fins protectrices

Beaucoup de parents l’utilisent parfois même sans s’en rendre compte. Ils ne font pas de mal aux enfants mais attention à ne pas en abuser.

Exemple : ” Tu as été incroyable durant ton match de foot ” ( alors qu’objectivement, son match a été très moyen ).

Ces mensonges sont plus des compliments ou encouragements que des mensonges, mais il faut être prudent à ne pas surévaluer ses enfants, ça ne leur rendra pas service.

4) Lles fameux mensonges qui font parti de notre culture collective

A force nous ne les considérons même plus comme des mensonges ( Père Noël, la petite souris… ). Sur ce sujet les avis sont très partagés. Certains parents considèrent qu’il ne respectent pas leurs enfants en leurs faisant croire à ces légendes. Cette réaction est souvent liée à leur propre souffrance lorsqu’encore enfants ils ont appris la supercherie et l’on vécu comme une trahison. Ils avancent également l’argument du risque de moqueries à l’école de la part des camarades qui connaissent la vérité.

D’autres au contraire considèrent qu’il est important de conserver cette magie, ces mythes et qu’il s’agit plus de contes ou légendes que de mensonges.

Nathalie Mayer nous écrit dans son article consacré à la croyance du Père Noël :

“Généralement, c’est entre 6 et 10 ans que les enfants cessent de croire au Père Noël, l’âge auquel ils quittent doucement leur imaginaire d’enfant pour entrer dans un monde plus réel. Cependant, certains peuvent avoir envie de prolonger la magie un peu plus longtemps. Il peut alors être opportun de se demander pourquoi, car continuer de croire au Père Noël au-delà de cet âge peut être révélateur d’un enfant qui cherche à nier la réalité. Peut-être est-il alors souhaitable de l’amener à réfléchir à la question… Force est de constater que, finalement, la plupart des enfants acceptent bien la découverte de la non-existence du Père Noël. D’autant qu’une fois la vérité connue, l’enfant pourra se sentir comme mis dans la confidence. Il sera alors « un grand » !”

Là où la chose devient plus compliquée, c’est quand nous utilisons ces mythes pour faire du chantage à nos enfants… Exemple : ” Si tu ne ranges pas ta chambre, le Père Noël ne viendra pas te déposer de cadeaux ! ” Avec ce mensonge-chantage, l’enfant va totalement perdre confiance en nous, parents, lorsqu’il apprendra que le Père Noël n’existe pas.

Peut-on utiliser les mensonges avec ses enfants ?

Chez nous, on encourage la vérité et on essaie de montrer que le mensonge a ses conséquences.

Nous avons toujours encouragé nos enfants à dire la vérité, même s’ils font des bêtises. Ainsi nous ne vivons pas dans une atmosphère de cachotteries et de peurs. C’est d’ailleurs pour celà que je m’interroge sur l’attitude de nous, les parents, face aux mensonges-réflexe qui ne nous donnent pas l’impression de faire du mal à nos enfants.

Les mensonges sont parfois bien commodes

Ils nous donnent l’impression de nous rendre service sur le moment. Mais cela ne nous semble pas être l’attitude à adopter. Il existe beaucoup d’autres manières d’obtenir l’obéissance de nos enfants…. et cela passe avant tout par le respect mutuel, l’écoute, la bienveillance et la communication. Ils nous arrivent encore biensûre d’utiliser les mensonges lorsque nous nous sentons dépassé par la situation, mais le simple fait d’en être conscient est déjà important. Cet article n’a pas pour but de cautionner ou non les mensonges dans l’éducation, c’est simplement un questionnement personnel que nous voulions partager avec vous.

Il n’existe pas d’éducation parfaite, de parents parfaits et même d’enfants parfaits. Nous faisons toutes et tous de notre mieux. Le plus important est de toujours entretenir le respect et l’amour au sein de sa famille.

Et chez vous ? Vous arrivent-ils d’utiliser parfois le mensonge comme dernier recours ?

N’hésitez pas à nous laisser un commentaire et partagez avec nous vos expériences.

Blaise et Johanna