Endométriose : en parler pour mieux l’appréhender !

Aujourd’hui, je vous propose de discuter endométriose. Maladie peu connue, elle touche pourtant plus d’une femme sur 10, et tout le monde peut un jour y être confronté. Une amie, votre fille, ou vous même. Il est donc important de connaître cette maladie pour mieux la prévenir et être capable de bien l’identifier.

endométriose

L’endométriose, qu’est ce que c’est ?

C’est une maladie gynécologique, inflammatoire et chronique qui touche la femme en âge de procréer. On considère que l’endométriose touche aujourd’hui au minimum une femme sur dix à travers le monde. Parmi ces femmes, 40% rencontreront malheureusement des problèmes d’infertilité.

L’endométriose se traduit généralement par des douleurs très invalidantes dans la région pelvienne mais aussi dans d’autres endroits du corps selon la localisation de la maladie.

Il y a de très nombreux cas différents d’endométriose, aux symptômes et aux conséquences diverses sur la vie de la femme. C’est une maladie qui est encore très mal diagnostiquée puisque l’on observe en moyenne 5 à 7 ans entre les premiers symptômes et le diagnostic. Il est donc super important de mieux identifier cette maladie, tout le monde peut malheureusement se retrouver concerné de prés ou de loin.

Endométriose : comment ça arrive ?

L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Chaque mois il s’épaissit sous l’influence des hormones en vue d’une grossesse. S’il n’y a pas de fécondation, l’endomètre dégénère et c’est le moment des « règles » !

Chez une femme atteinte d’endométriose, on observe un développement anarchique de tissu semblable à l’endomètre hors de l’utérus. Ce peut être dans les ovaires, dans les intestins, voire dans les poumons. Ce tissu extra utérin se met lui aussi à saigner sous influence d’hormones en début de cycle. Ces saignements sont extrêmement douloureux et provoquent une réaction inflammatoire intense, des adhérences des organes entre eux, des kystes, etc.

Les lésions d’endométriose peuvent se retrouver à proximité de l’utérus dans le péritoine, sur les ovaires, dans les trompes utérines. Mais aussi dans des endroits beaucoup plus improbables comme les intestins, le rectum, la vessie, les poumons, etc.

endométriose

Endométriose : des symptômes à connaître !

Les symptômes de l’endométriose sont aussi variés que les localisations de la maladie. Une chose est sûre : ils surviennent sous influence des hormones en même temps que les saignements menstruels. Ils peuvent durer quelques jours ou devenir permanents si les lésions sont trop importantes.

  • Parmi les symptômes on retrouve :
  • Des douleurs pelviennes intenses et invalidantes
  • Infertilité dans 40% des cas
  • Rapports sexuels douloureux voire insupportables
  • Troubles du transit et intestinaux avec parfois du sang dans les selles
  • Troubles urinaires avec sang dans les urines et infections urinaires répétitives
  • Si les lésions sont proches des poumons, crachats de sang (c’est assez rare)
  • Fatigue chronique
  • Isolement

La liste n’est pas exhaustive et est très variable d’une femme à l’autre.

Les risques de l’endométriose

La maladie débute souvent chez l’adolescente par des douleurs très intenses pendant les règles. Le risque majeur est de banaliser cette douleur en pensant qu’il est normal de souffrir quand on est une jeune femme. Or, banaliser cette douleur c’est aussi retarder le diagnostic de plusieurs années et laisser la porte ouverte à des dégâts irréversibles.

L’endométriose est une maladie qui généralement prend du terrain et continue son extension, plus on attend pour la prendre en charge et plus les organes génitaux s’abîment. Alors que certaines femmes arriveront malgré la maladie à avoir des enfants, pour d’autres le chemin sera très long et fastidieux.

L’endométriose : comment la soigner ?

A l’heure actuelle, il n’existe pas de traitement définitif de l’endométriose. On la soigne mais on ne la guérit pas (encore).

Dans la majorité des cas on freine l’extension de la maladie avec des traitements hormonaux : contraceptifs ou ménopause artificielle. Ce sont parfois des traitements lourds qui affectent énormément la qualité de vie.

On propose aussi souvent la chirurgie aux patientes qui ont des lésions importantes. La chirurgie permet de soulager et/ou de préserver la fertilité en « nettoyant » les organes génitaux en vue d’une grossesse. Les chirurgies pratiquées dans le traitement de l’endométriose sont plus ou moins lourdes en fonction du cas : résection d’un segment de l’intestin, désobstruction des trompes, etc.

En conclusion, l’ endométriose est encore peu connue malgré le nombre très important de femmes atteintes à travers le monde. Il est important de bien connaître les symptômes pour pouvoir mieux l’appréhender et la diagnostiquer. Chacun à son niveau peut, en en parlant autour de lui, permettre à une jeune femme de mettre un mot sur ses maux. Cette connaissance de la maladie est d’autant plus importante que plus le diagnostic est lent, plus la maladie gagne du terrain et plus les conséquences sont lourdes.

Vous souhaitez en savoir plus sur l’endométriose ? Retrouvez Léa sur son site EndometrioseFrance.com !

Léa

Lea

Lea

Je suis une diététicienne-nutritionniste épanouie puisque j'aime énormément mon métier. J'ai eu la chance de vivre quelques temps en Australie, ce qui m'a permis d'aborder la nutrition de manière différente . Aujourd'hui je partage sur https://nutritionimpact.fr mes recherches et mes idées en matière de nutrition . Ce blog est pour moi un espace privilégié pour répondre aux questions les plus fréquentes que l’on me pose sur l’alimentation . Je partage également sur
https://endometriosefrance.com/ des articles santé, beauté et bien être . Des méthodes alternatives pour améliorer le quotidien et mieux gérer la douleur.
Lea
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*