Les préjugés face à l’éducation positive

Dès que l’on évoque la parentalité et l’éducation positive, on se heurte aux jugements et préjugés, malheureusement, ceux-ci ont la vie dure.

Afin de mettre un terme aux idées reçues, j’ai choisis d’évoquer le sujet et viendrai vous faire part de mes aventures au cœur de cette parentalité méconnue via mes publications sur webforkids !

Les préjugés face à l'éducation positive

Nous ne sommes pas des parents parfaits

Contrairement à ce qui se raconte de nous, nous ne sommes pas plus parfaits que d’autres.

Vouloir éduquer en suivant les codes de la bienveillance, ce n’est pas vouloir fuir les conflits avec nos enfants mais c’est désirer une harmonie au sein de la famille basée sur le respect et la confiance plutôt qu’un cercle autoritaire victime de la toute-puissance.

L’on m’a souvent affirmé : “Tu ne seras jamais parfaite, de toute façon !

Et c’est vrai, je ne l’ai jamais prétendu mais pourquoi la bienveillance est associée à la perfection ?

Parce qu’il est difficile de se remettre en question, de voir ses erreurs et d’en apprendre. Mais aussi parce qu’il est dur d’admettre que nous sommes humains, nous avons tendance à voir le conflit dans un échange d’idées entre adultes…

Quand quelqu’un dit opter pour la parentalité positive, il n’accuse de rien. Il partage son point de vue et son choix n’empêchera jamais les erreurs. Il arrivera possiblement que le parent en question s’énerve, crie.

Faire de notre mieux

C’est essayer de comprendre, pour prendre plus de recul et ainsi arriver à éduquer de façon plus consciente.

L’éducation bienveillante ne fait pas partie de notre culture, nous apprenons à notre rythme en voulant faire de notre mieux.

Cette méthode, c’est justement accepter le fait de faire des erreurs, accepter d’être fatigués et l’admettre auprès de notre enfant.

Les préjugés face à l'éducation positive

L’éducation positive, ce n’est pas être laxistes ou démissionner !

Les parents démissionnaires existent mais ce ne sont pas des parents bienveillants et positifs.

Beaucoup de gens confondent les deux alors que cela n’a aucun rapport.

Nos enfants connaissent les interdits, connaissent la frustration de ne pas tout avoir, etc… Ce sont nos réactions face aux pleurs, aux cris et aux trop plein d’émotions qui diffèrent; Notre rapport aux VEO (violences éducatives ordinaires) et aux punitions est diamétrialement opposé à ce que l’on a apprit. Mais pour autant, nos enfants ont un cadre et des limites.

Tout cela, vous l’apprendrez au coeur de livres sur la parentalité positive et bienveillante.

Cependant, prenez le temps de prendre du recul sur vos lectures et acceptez toujours vos erreurs. Nous avons tous à apprendre et il faut toujours s’adapter à l’enfant concerné.

Pratiquez-vous la parentalité positive ? Qu’en pensez-vous ?

Hilde De Berry
Aussi ici :

Hilde De Berry

La Fille des Saisons, c'est moi. Je suis Blogueuse Beauté bio’ et Maternité en Suisse romande; Passionnée de Nature et de Parentalité bienveillante, je partage mes découvertes entre deux infusions et randonnées. 😉
Vous pouvez me retrouver sur mon blog personnel ou sur mon compte Instagram.
Hilde De Berry
Aussi ici :
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*